Français

Rapport Plateau Central

AUMOHD DWA MOUN
___________________________________________
Plateau Central

Mirebalais – Lascaobas et Belladère

Anciens militaires – civils armés

L’impunité au grand format

SITUATION DES PERSONNES QUI AURAIENT ETE VICTIMES PAR DES ANCIENS MILITAIRES
ET DES CIVILS ARMES DE 2002 A 2005
Août 2007

___________________________________________

AUMOHD DWA MOUN,
49, Delmas 19 Port-Au-Prince, Haiti
Phone : 509-3490-3394/ 509-375-4-8022
E-mail : presidentaumohd@yahoo.fr

SOMMAIRE.-

1.- Introduction
2.- Contexte du rapport
3.- Coup d’œil géo historique de Plateau Central
3.1 Mirebalais
3.2 Lascahobas
3.3 Belladère
4.- Les rencontres du 11 Août 2007
4.1 Rencontre à Belladere
4.1.1 Ateliers de victimes de Baptiste, Renthe Mathe et de Roi Sec
4.1.2 ii.- Ateliers de victimes de la ville de Belladère, de Pernal et de Riaribes
4.1.3 iii.- Ateliers de victimes des personnes portées disparues
4.2 Rencontre à Lascahobas
4.3 Rencontre avec un responsable de la presse
5.- Catégories des victimes.-
5.1 Les assassinés par balles, manchettes et autres
5.2 Les blessés et handicapés
5.3 les portés disparus
5.4 les propriétaires de maisons brûlées
6.- Les cas les plus saillants
6.1 L’Affaire de la famille de Cleonor SOUVERAIN
6.2 L’affaire de Péligre
6.3 L’affaire du juge de Paix de Lascahobas, Lozamard Christophe
6.4 Le guet-apens de Roi Sec (4 employés du MICT ont été assassinés)
7. Les principaux présumés auteurs, co-auteurs, et complices de
ces actes selon les victimes.-
8. La situation actuelle.-
8.1 La justice, la police et la MINUSTAH
9.- Conclusion et recommandations de AUMO

1.- Introduction.-“In 2001 following the second popular election of Jean-Bertrand Aristide
as President, two groups participated in an armed revolt against the
government in place at that time: “

En 2001, suite à l’élection populaire qui a porté
Aristide au pouvoir comme Président, deux groupes ont participé
à une révolte armée contre le pouvoir en place d’alors
: celui du Front de Résistance des Gonaïves, mené par Butteur
Métayer, Jean-Pierre Baptiste (dit Jean Tatoune) et Winter Etienne, qui
a lancé l’insurrection menant à la saisie des Gonaïves
le 5 février 2004; le second appelé Front de Libération
National qui était dirigé par Guy Philippe et Louis-Jodel Chamblain,
l’ANCIEN chef du FRAPP, acquitté par le gouvernement intérimaire,
Boniface/Latortue, par un arrêt de la Cour de Cassation en date du 5 Mai
2005. Ce groupe était composé principalement d’anciens membres
des Forces Armées d’Haïti, FADH qui se glissèrent en
Haïti par la République Dominicaine avoisinante. EN 2002, beaucoup
de cas de violations ont été enregistrés dans les communes
de Belladère, Las Cahobas et surtout dans la zone nommée Pernald.
Ainsi, des femmes, des enfants ont été victimes

Cependant, depuis la montée au pouvoir du régime actuel démocratiquement
élu par le vote populaire, un nouvel espoir renaît au cœur
de ces citoyens victimes d’abus et de violations des droits humains, lesquels
ne cessent de solliciter l’appui de AUMOHD pour que les auteurs et complices
de ces actes violations puisent comparaître par devant la justice afin
de répondre des actes d’assassinat, de viol, d’incendie et
d’autres crimes perpétrés au vu et au su de tout le monde
contre les populations des villes sus- énumérées.
Ce rapport, qui se veut tout d’abord objectif, tient à exposer
d’une manière détaillée les préoccupations
de l’Associations des Universitaires Motivés pour une Haïti
de Droit (AUMOHD) face à cette situation inacceptable d’IMPUNITÉ
qui règne suite à de graves violations de droits Humains dans
l’ensemble du Département du Centre, notamment au Plateau Central
( Mirebalais – Lascahobas- Belladere) où des personnes ont été
assassinées, violées et/ou portées disparues pour leur
conviction politique? d’autres, dépossédées de leurs
biens ou chassées de leurs postes sans la moindre procédure administrative.

Ce rapport vise à analyser les différents cas de violation des
droits humains qui ont eu lieu au Plateau Central pendant la periode de 2003-2005.
Cette analyse priorise la méthode d’interview direct avec la victime,
un parent, un proche et/ou un témoin oculaire de tel ou tel événement,
aussi par catégorie de victimes. Il vise à attirer, d’une
part, la pleine et entière attention de l’Etat Haïtien par
le biais du gouvernement actuel sur ces cas de violation fragrants de droits
humains qui restent jusqu’à date impunies? et d’autre part, sensibiliser
les organisations nationales comme internationales sur ces cas de violation
des droits fondamentaux des populations de Mirebalais, de Lascahobas et de Belladère,
en vue d’exiger à l’Etat Haïtien des solutions proportionnelles
capables de remédier à cette situation.

Ce rapport vise enfin à présenter des recommandations aux autorités
Haïtiennes concernant les mesures urgentes qu’elles devraient prendre
pour que les auteurs, co-auteurs, commanditaires et complices de ces crimes
répondent de leurs actes, et que conséquemment les victimes soient
dédommagés et réparés conformément à
la loi.

2.- Contexte du rapport .-

Depuis le Mardi 8 Mai 2007, AUMOHD a reçu dans son secrétariat
une correspondance du sieur Cléonor SOUVERAIN, dans laquelle il a fait
état des personnes qui auraient été victimes par des anciens
militaires et des civils armés, notamment cinq (5) membres de sa famille
et une autre, Bertrand Hussein gravement blessé et conséquemment
handicapé. Dans cette correspondance, il a aussi sollicité l’intervention
de AUMOHD comme une organisation des droits et dignité de la personne
humaine pour : rencontrer les victimes et/ou les parents des victimes, entendre
leurs témoignages, comprendre l’ampleur de l’impunité
qui règne dans ce Département (Centre), porter ces cas de violation
fragrante des droits et dignité de la personne humaine par devant la
justice, afin que les auteurs, co-auteurs et complices de ces crimes de droit
commun soient traduits en justice pour être jugés conformément
à la loi.

3.- Coup d’oeil géographique sur le Plateau Central

Mirebalais- Lascahobas et Belladère.-

3.1 Mirebalais

Mirebalais est un Arrondissement du Département du Centre du Pays qui
comprend 3 communes (Mirebalais, Saut d’Eau et Boucan Carre). Il comprend
environ 60.000 Habitants répartis sur une superficie de 354 Km2. Historiquement,
Mirebalais et Lascahobas en 1795 ont été témoins des combats
les plus sanglants de Toussaint LOUVERTURE contre les Anglais qui utilisaient
ces zones comme points stratégiques de ravitaillement. Mirebalais a un
Tribunal de Première Instance et un Parquet qui travaillent en situation
difficile selon le témoignage d’un employé qui a gardé
l’anonymat.

3.2 Lascahobas.-

Lascahobas se trouve entre Mirebalais et belladere. Il est comme Mirebalais
un Arrondissement qui comprend trois (3) Communes (Lascahobas, Belladere et
Savanette). Lascahobas compte une population d’environ 36.000 habitants
et une superficie de 233 Km2. La Commune de Lascahobas comprend un seul Tribunal
de Paix avec deux (2) juges et deux (2) greffiers pour une population de cette
taille, un Commissariat avec environ dix (10) policiers mal équipés.

3.3 Belladère.-

Belladère est l’une des villes frontalière du Pays. Il comprend
une population de 48.000 habitants avec une superficie de 322 Km2. Belladère
a un Tribunal de Paix avec deux (2) Juges et un Commissariat sans les moyens
minima pour une ville frontalière qui d’ailleurs n’a aucune
force militaire capable d’assurer la défense du territoire.

4.- La rencontre du 11 Août 2007

Suite à diverses rencontres d’échanges et de témoignages
avec les parents des victimes, une délégation de AUMOHD, accompagnée
d’une délégation Canadienne de journalistes et de défenseurs
de droits humains a effectué une visite de terrain à Mirebalais,
Lascahobas et Belladère, le Samedi 11 Août dernier, dans l’objectif
principal de confirmer les informations déjà reçues et
d’en recueillir de nouvelles si possible autour de ces crimes. Plus de
cent (100) victimes venant de ces zones ont participé à cette
rencontre.

4.1 La réunion de Belladere.-

Au Night Club L’Oiseau Mystérieux, plus de cent (100) personnes
venant de Baptiste, de Renthe Mathe, de Roi Sec, de Penald, de Riaribes et d’autres
localités, étaient présents pour témoigner, expliquer
à travers une douleur vivante comment un père, une mère,
un oncle, une tante, un cousin, une cousine, un mari, une femme, un ami ou un
proche, a été assassiné, violé et/ou porté(s)
disparu(s) par des hommes connus, lourdement armés selon leurs témoignages,
dont la majorité était des militaires démobilisés
ayant à leur tête dans un premier temps Remissanthe RAVIX, Clautaire
JEAN BAPTISTE, Voltaire Jean Baptiste dit Potille? puis, dans un second temps,
Guy Philippe et Louis Jodel Chamblain. Trois ateliers (i.- Ateliers de victimes
de Baptiste-Renthe Mathe et de Roi Sec, ii.- ateliers de victimes de la ville
de Belladère, de Pernal et de Riaribes et iii.- ateliers de victimes
des personnes portées disparues) ont formé après l’exposé
de la délégation axé sur la recherche de la justice et
de la réparation sans recourir à la violence ni à la vengeance
privée. L’objectivité et la vérité sont deux
éléments fondamentaux et indispensables pour arriver à
faire le point sur ces événements malheureux qui ont eu lieu au
Plateau Central.

Réunion - Plateau Centrale - AUMOHD -2007

4.1.1 Ateliers de victimes de Baptiste, Renthe Mathe et de Roi Sec.

Résumé des déclarations des participants de l’atelier
I.

◊ Je suis Joël PAULAS. Je viens de la 2e Section Roi Sec. Je suis
très content de voir aujourd’hui, pour la première fois,
une organisation de droits Humains avec nous à Belladère après
tous ces événements douloureux. Nous, à Belladère,
nous sommes les gens les plus méprisés, les plus vulnérables
du pays et de l’Etat Haïtien. Ce qui parait plus grave pour nous,
c’est qu’après tous ces massacres, viols, assassinats, il
y a un mépris de l’Etat à notre égard. En plus, pas
de liberté de parole pour nous jusqu’a ce moment, pas de sécurité,
pas de désarmement, les assaillants de Guy Philippe sont toujours présents
dans la ville. Ils sont là, sans être inquiétés par
la justice et la police. Selon les victimes, sur chaque 5 personnes que vous
regardez dans les rues, 2 ou 3 portent une arme de pointe. Quant à l’accès
à la justice à Belladère, c’est presque nul. La demande
de mon atelier s’adresse justement au Président René Garcia
PREVAL, au Premier Ministre Jacques EDOUARD ALEXIS en qui nous avons beaucoup
de confiance pour faire réparer ces crimes, pour que tous les auteurs
et complices de ces massacres répondent par devant la justice de leur
actes.

◊ Je suis St Hilaire VERNET. Je viens de Renthe Mathe. Je suis un responsable
de Fanmil Lavalas à Belladère. Je remercie la délégation
de AUMOHD qui vient pour nous aider en ce moment si difficile. Monsieur le Président
de AUMOHD, messieurs les journalistes et la délégation canadienne
des droits humains, je ne veux pas passer par quatre chemins pour vous dire
que les assassins de ces crimes sont tous là, ils sont au Parlement Haïtien
comme député ou agent de sécurité de député,
ils sont à la mairie de Belladère, ils étaient candidats
à la présidence, sauf Ravix et Clotaire qui sont morts. Nous demandons
au Président René Garcia Preval, au Premier Ministre Jacques Edouard
ALEXIS, au Ministre de la Justice, Monsieur René MAGLOIRE, de prendre
des mesures pour corriger cette situation d’impunité qui règne
au Plateau Central.

◊ Je suis Philiassaint ROBERT. Je vous remercie au nom de tout l’atelier
et surtout au nom des assassinés, des femmes violées, des portés
disparus. Dans notre groupe, nous avons travaillé sur la question d’accès
à la justice. Nous avons conclu que la justice a été réduite
à sa plus simple expression de 2002 jusqu’à 2005 avec le gouvernement
de Facto de Boniface/Latortue. L’assassinat du juge de paix de Lascahobas,
Lozamard CHRISTOPHE, en plein exercice de ces fonctions, est une preuve que
les hommes de Guy Philippe n’avaient aucune limite dans leur rage contre
la population. La justice était et est jusqu’à date dans l’extrême
difficulté d’agir. Notre atelier a sollicité du Ministre
de la justice, Me. René MAGLOIRE, un changement profond au sein de l’appareil
judiciaire de Mirebalais.

4.1.2 ii.- ateliers de victimes de centre ville, de Pernal et de Riaribes

1.- Résumé de l’atelier #2

◊ Je suis Pierre LUCA de l’atelier #2. Les remarques de l’atelier
#2, c’ est que le reste du pays semble ne pas être au courant de
ce qui se passait ici au Plateau Central, tel que : exactions, crimes, viols
et assassinats, commis par les anciens militaires et les civils armés
sur des personnes innocentes. L’atelier est très préoccupé
par ces questions et prêt à déposer une plainte contre tous
ceux qui ont participé à ces crimes comme Guy Philippe, Louis
Jodel CHAMBLAIN et tous leurs complices de l’ancienne opposition qui ont
financé et encouragé ces crimes. Au plateau, en général,
il y a plein d’enfants sans père, sans mère, beaucoup de
femmes sans maris, ce qui est plus grave, c’est qu’ il n’y
a pas une présence de l’Etat pour prendre en compte ces enfants
vulnérables qui sont exposés à la délinquance, la
mendicité et la prostitution. Nous demandons à l’Etat haïtien
de prendre ses responsabilités pour que ces criminels comme Guy Philippe,
Chamblain et complices soient punis pour leurs crimes.

◊ Je suis Pierre Cavil, le témoin oculaire de l’assassinat
du Maire Adjoint de Savanette, Amongue LEMA, je suis disposé et disponible
pour expliquer à la police et à la justice comment ils ont assassiné
le Maire si les conditions de sécurité sont garanties. Ce que
nous voulons c’est justice et réparation pour les victimes.

◊ Je salue les membres de la délégation de AUMOHD, mon nom
est Leonard Yonel, je viens de Pernal, le lieu des holocaustes, c’est
horrible, ce haut lieu de terreur des anciens militaires où Pedel Colo,
Amongue LEMA, Pierre Marais (un commerçant), Samedi PATRICK (un Swatt
de la PNH), Bernadeau Marjorie, Jean FRITZNER et beaucoup d’autres personnes,
ont été interceptées, capturées et tuées.
Nous voulons une enquête indépendante sur l’ensemble des
cas de violation des droits humains.

4.1.3 iii.- Ateliers de victimes des parents des personnes portées disparues)

Son mari a été disparu

Cet Atelier discutait sur les personnes portées disparues et/ou mortes
et/ou exécutées sans aucune trace. Regardez cette dame dans la
photo ci-dessus à droite, imaginez-vous la douleur, l’inquiétude
et l’attente de cette pauvre femme, Madame Jean Mesillia ? Son mari, Bouton
Exile, est disparu depuis le 14 Mars 2003. Il a été enlevé
de son domicile à Roi Los Puerc. Bouton Exile est âgé de
70 ans.

Liste partielle des personnes portées disparues (2002-2004)

1.- Guitoya Fede a été enlevé a sa maison le 14 Mars 2003
par des civils armés, à Roi los Puerc, elle était âgée
de 60 ans. Depuis cet enlèvement, il n’y a aucune nouvelle d’elle.
Selon , Boure Anela, sa belle sœur, elle aurait été assassinée
par les anciens militaires pour son appartenance politique, parce qu’elle
était très impliquée dans le mouvement Lavalas , car toutes
les démarches effectuées dans les prisons, les morgues ont été
vaines. Guitoya FEDE est mère de cinq (5) enfants (Gary Jean, Télémaque
Jean, Joseph Jean, Elimene Jean et Islame Jean)

2.- Nejan Espérance, a été enlevé de chez lui le
14 Mars 2003, en présence de sa femme (ELimene Jean).

3.- Bouton Exile a été enlevé de chez lui par des anciens
militaires le 14 mars 2003 en présence de sa femme, Jean Mesilia. Bouton
était âgé de 70 ans.

4.- Eritil Exilas a été enlevé chez lui le 14 Mars 2003
par des anciens militaires à l’âge de 70 ans environ, c’était
en présence de sa femme, Jean Zelira, sa fille, Exilas Marelia et de
son fils, Emile Dinois.

5.- Deli Oscar, âgé de 59 ans, a été enlevé
de chez lui au mois de Janvier 2004. Il aurait été criblé
de balles selon des témoignages et son corps aurait été
abandonné dans les bois.

6.- Jean Bouchette, âgée de 58 ans, a été enlevée
au Commissariat de Belladère le 30 Avril 2002.

7.- Pierre Cius Marcellin, a été enlevé puis fusillé
par des anciens militaires en Avril 2003. Personne de référence
: Saint Pierre Marcellin, son Père.

8.- Alcant Bernier est porté disparu, personne ne sait s’il est
mort ou pas. Personne de référence : Saint Hilaire Vernet, son
cousin et Dieuseul Bernier son fils.

9.- Viergemène Joseph, âgée de 47 ans, est portée
disparue depuis le mois de Juin 2003. Personnes de référence :
Saint Hilaire Vernet, son Père, et Jilissaint Robert.

10.- Brunette Jean a été enlevée au niveau de la Croix
des Bouquets alors qu’elle était en route pour le Plateau Central.
Personne de référence : Cameau Telson, son mari.

4.2 Rencontre à Lascahobas.-

A Lascahobas, nous avons rencontré une dizaine de parents de victimes
dans un lieu secret car, selon eux, la question sécuritaire est jusqu’à
date très précaire surtout à Lascahobas.

Voici l’exposé des participants en guise de témoignage :

1.- Je suis Denaud, le frère de Denaud Wilfrid, père de 11 enfants
actuellement abandonnés sous ma seule responsabilité. Wilfrid
a été assassiné par plusieurs balles à la localité
de Lagoude, près de Pernal, son corps a été abandonné
pendant plusieurs jours car la situation était telle, que pour nous (les
parents) il n’a pas été facile de récupérer
le corps. Nous connaissons très bien les assassins de Wilfrid, ils sont
actuellement présent à Lascahobas, Belladère, beaucoup
d’entre eux sont à Port au Prince. Nous sommes près à
collaborer avec la justice et la police pour faire le point sur cet assassinat.

2.- Je suis Jerbo LUC. je suis un témoin oculaire de l’assassinat
de Pedel Colo, le 21 Juin 2003, un écolier de la Rheto qui venait de
Port au prince juste pour voir ses parents, il a été assassiné
du fait qu’il ne pouvait pas identifier les maisons des Lavalassiens aux
anciens militaires. IL a été exécuté par Voltaire
Jean Baptiste et Fernand, Ravix Remissaint était présent lors
de l’assassinat, mais il n’avait pas tiré sur Colo.

3.- Je suis la femme de Sincère JOSEPH qui a été assassiné
dans la nuit du 10 au 11 Décembre 2002 par un groupe de plus quinze hommes
lourdement armé. Nous (Moi, ma fille et mon mari) étions en plein
sommeil quand quelqu’un a frappé à la porte avec fracas
et a appelé : Sincère ! Sincère ! J’ai demandé
c’est qui s’il vous plait ? La personne, se faisant passer pour
CABUE, a répondu : c’est moi, CABUE ! (Notons que Cabué
Johnson est un personnage très connu de la communauté. Réf.
#4). Dans un instant, la conversation s’était tourné en
injonction, m’ordonnant d’ouvrir la porte promptement sinon la maison
et son contenu seraient consommés par les cartouches. Ainsi, j’ai
ouvert moi-même la porte et Sincère était allé auprès
d’eux, c’était un moyen pour sauver la vie à moi et
à ma fille. Un instant, j’ai entendu, une cartouche BLOoooooooo
! et plus rien ! Ma fille et Moi avions quitté la maison sous les pas
silencieux à travers les bois pour nous réfugier chez des parents
dans un autre quartier. Au lendemain, Sincère est retrouvé assassiné
une balle a la tête. Depuis lors, il n’y a aucune démarche,
aucune procédure pour que les assassins de ce crime répondent
de cet acte si crapuleux. Ce serait une joie pour moi si vraiment AUMOHD arrivait
à nous aider à traduire en justice ces assassins comme Guy Philippe
et consorts.

4. Je suis Cabue Johnson. J’ai été arrêté par
le groupe de Clotaire Jean Baptiste le 10 au 11 Décembre 2002, après
qu’ils ont assassinés le nommé Jean Aris SIGNE alias Janjan.
J’ai passé un bon temps en prison, le chef d’accusation était
parce que je suis un dirigeant Lavalas dans la zone. Je dois dire la vérité.
Je n’ai été pas torturé, comme c’était
le cas pour plusieurs personnes qui ont été arrêtées
en pareil circonstance.

5.- Je suis Madame Louidor DORSAINVIL née Fils- Aimé DEGRACE.
Dans la nuit du 10 au 11 Décembre, c’était la nuit la plus
sombre pour ma famille, un groupe d’hommes armés était venu
dans ma demeure, l’un d’entre eux a frappé à la porte
et a appelé DORSANVIL ! DORSAINVIL, j’ai demandé qui êtes
vous ? La personne a répondu c’est moi, CABUE ( un compagnon militant
de DORSAINVIL), je lui ai demandé qu’est-ce qu’il y à
cette heure ? La personne qui s’était fait passer pour CABUE, m’a
répondu : nous sommes venus vous chercher

pour une rencontre en urgence. J’ai refusé d’ouvrir la porte
pendant un bon temps, alors, il m’a fait injonction d’ouvrir la
porte. J’ai ouvert la porte et Dorsainvil était sorti. Après
quelques bonnes minutes, j’ai entendu une cartouche (Bloooooooooooo !),et
le lendemain matin,son corps a été trouvé dans un canal
non loin de la maison. Dorsainvil a été tué parce qu’il
était Lavalas, il a laissé, sept (7) enfants sous ma responsabilité,
sans emploi, sans secours.

6.- je suis le Frère de Pierre MARET qui a été assassiné
par les soldats de Guy Philippe, de Clotaire Jean Baptiste et consorts. Le 21
Juin 2003, il a été arrêté, après avoir été
identifié pour un partisan Lavalas, il a été assassiné
le même jour. Pierre MARET est père de six enfants qui sont actuellement
abandonné sans aucune assistance.

6.- Les cas les plus saillants des assaillants

6.1 l’Affaire de la famille de Cleonor SOUVERAIN

Dans la nuit du 23 au 24 Juin 2003, un groupe d’homme, lourdement armé
selon les victimes venant de la République Dominicaine composé
de Ravix Remissanit, Clotaire Jean BAPTISTE (tous deux assassinés dans
des conditions suspectes par le gouvernement intérimaire d’alors),
Bell PANEL, Edouard CAZIMIR et Voltaire Jean Baptiste (tous actuellement libre
et tranquille a Belladere).Ce groupe a assassine lâchement les personnes
suivantes:

? Rosita SOUVERAIN, une jeune fille âgée de 24 ans

? Nathalie SOUVERAIN, une écolière âgée de 17 ans

? Mimose BRIZARD une marchande de poids, âgée de 38 ans en

transit de Port au Prince pour la République Dominicaine chez la

Famille de SOUVERAIN

? Dubuisson BRIZARD, un marchand de poids âgé de 35 ans comme

Mimose Brizard était aussi en transit chez la famille SOUVERAIN.

? Ramil ALBERT LOUIS, un jeune écolier de 14 ans.

? Bertrand Hussain a été lui-même touché au dos par
une balle, plus

Particulièrement au colonne vertébral et est conséquemment

Handicapé pour la vie. (Voir la photo # 4)

6.2 L’affaire de Péligre

Le 7 Mai 2003, un groupe d’homme composé de douze personnes selon
les témoins ont attaqués le barrage hydroélectrique. Ils
ont tués deux gardes de sécurité et mis le feu à
la salle de commande. Ce crime contre un bien de l’Etat constituât
donc un crime contre l’Etat.

6.3 l’affaire du juge de Paix, Lozamard Christophe.-

Le 28 Novembre 2002, le juge de Paix de Lascahobas a été assassiné
après avoir été intercepté par un groupe d’homme
armé, alors qu’il était en exercice de ses fonctions de
juge, c’est-à-dire, il était en route pour aller faire un constat
. Un juge assassiné dans l’exercice de ses fonctions et depuis
date, l’Etat Haïtien n’a absolument rien fait pour que la famille
de ce juge soit réparée convenablement.

6.4 L’assassinat des 4 employés du Ministère de l’Intérieur

Le 25 Juillet 2003, dans la Section Communale de Roi Sec, près de Pernal
quatre (4) employés (Jean Marie DEPEINGNE, Adrien CELESTIN, Wilfrid THOMAS
et Chrétien AUGUSTIN du Ministère de l’intérieur
et des Collectivités territoriales ont été assassinés,
alors qu’ils revenaient d’installer un Conseil Communale a Belladere.
Les corps des quatre assassinés ont été maltraites, puis
brûlés par les assaillants.

7. Les principaux présumés auteurs, co-auteurs, et complices de
ces actes.-

Les présumés auteurs co-auteurs et complices de ces actes CRIMINELS,
de violation de droits humains, de crime contre l’humanité et de
la dignité humaine sont tous CONNUS et RECONAISABLES par leurs victimes
et la population. Les personnes rencontrées à titre de parents
des victimes déclaraient que les auteurs, co-auteurs, commanditaires
et supporteurs de ces atrocités sont tout d’abord la branche armée
de l’ancienne opposition au gouvernement d’Aristide. Ils sont nombreux,
les uns plus actifs que les autres. C’était très difficile
pour AUMOHD de noter tous les noms des présumés auteurs cités
par les victimes, citons seulement ceux les plus cités par les victimes
et/ou par les parents des victimes parmi les anciens militaires : Guy Philippe,
Louis JIde CHAMBLAIN, Ravix Remissinthe, Clotaire Jean BAPTISTE, Joseph Jean
BAPTISTE, Edouard Jean BAPTISTE, Calixte IDRICK. Parmi les civils armés,
AUMOHD notait : Bel PANEL, Voltaire Jean BAPTISTE, Cazimir EDOUARD, Celestin
MOISE, Victor GASTON, Jean Edner, Fernand EDOUARD, Walso VINCENT, Bardin AMONVIL
et bien d’autres.

AUMOHD a reçu des informations bien détaillées et authentiques
des témoins qui ont interviewé l’ancien candidat de 2006 pour
la présidence, Judie C. Roy, qui a confirmé ses voyages au Plateau
Centrale et ailleurs pendant la période 2001-2003 pour donner directement
de l’assistance financiaire aux auteurs de la violence ci-dessus. Winter Étienne
a confirmé l’implication de Roy. Il y a évidence solide aussi
disant qu’un tout petit groupe d’hommes d’affaire anti-gouvernamentales et parties
politiques, quelques’un, connectés avec des sénateurs haïtiens
actuels, au temps ont donné un montant substantiel d’assistance financière
et support d’infrastructure aux armés.

7 – Conclusion et recommandations

Haïti connaît depuis plusieurs années une IMPUNITE chronique.
Cette IMPUNITE a engendré comme conséquence chez les victimes
une méfiance dans le système judiciaire et un esprit revanchard
donc, le recours à la justice privée.

Par ce rapport, AUMOHD veut tout d’abord attirer l’attention de
la communauté nationale et internationale des droits humains, des organismes
sociaux qui luttent pour le respect des droits et dignités de la personne
humaine sur un ensemble de crime qui aurait été perpétré
sur la population du Plateau Central de 2002 à 2005, des personnes auraient
été assassinées, disparues, d’autres se sont obligées
d’abandonnées leurs familles, des maisons brûlées,
des femmes, des enfants sont conséquemment livrés à eux-mêmes,
lesquels crimes et exactions sont depuis cette date n’ont jamais été
questionnés pour que les auteurs, co-auteurs et complices de ces actes
répondent légalement de leur actes et que les victimes soient
réparés conformément a la loi.

AUMOHD rappelle l’Etat Haïtien à travers ses trois branches
de pouvoir (Exécutif Législatif et Judiciaire) de ses impérieuses
obligations constitutionnelles à l’égard de la population
sur l’ensemble du territoire en terme de la protection et des droits humains.

AUMOHD exige du gouvernement, de la police et de la sécurité Publique,
des mesures de sécurités adéquates sur l’ensemble
du territoire national notamment au Plateau Central capables de prévenir
ces atrocités dans l’avenir.

AUMOHD exhorte, les partis politiques, groupements et regroupements de Partis
politiques voire les leaders politiques de travailler à la création
effective d’une cohabitation des idées divergentes qui implique
le pluralisme IDEOLOGIQUE donc, à la tolérance en vue de garantir
les droits inaliénables et imprescriptibles à la vie, à
la liberté et à la recherche du bonheur, dans la paix et la fraternité.

AUMOHD sollicite au gouvernement Preval/ALexis de prendre des mesures urgentes
visant à assurer et protéger les témoins, parents et proches
des victimes et aussi les preuves de toutes attaques possibles.

AUMOHD demande enfin, aux commissaires du gouvernement de Port au prince et/ou
de Mirebalais de diligenter promptement l’action publique contre les auteurs,
co-auteurs et complices de ces crimes et de violations de droits humains sans
tenir compte de leur rang social, leur appartenance politique ni de leur capacité
économique.

Vive Haïti, vive la justice non à l’impunité.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: